mardi 17 mars 2009

"jeu du gouvernement off du monde"

Voici le manifeste appelé "jeu du gouvernement off du monde",  qui est en ligne, après apports de nombreuses personnes
Il reste à élaborer les questions et modifier la fin.
Mais en gros cela a de la consistance,  à mon sens.
vous pouvez y adjoindre des commentaires


“The Great Disruption.”

Dear friends

1. See the following column by NYT columnist and author, Tom Friedman where he refers to my Great Disruption theory and letter (the text of this column is copied below as well)

Op-Ed Columnist The Inflection Is Near? by Tom Friedman
New York Times - New York,NY,USA
One of those who has been warning me of this for a long time is Paul Gilding, the Australian environmental business expert. He has a name for this momen
 — when both Mother Nature and Father Greed have hit the wall at once — "The Great Disruption."

2. See also my new article on sustainability and the financial crisis published as the cover story in WME Business Environment Magazine, which is available from my website at the following link:

Sustainability and the Financial Crisis.  This major new article reflects on the history of sustainability in the context of the present so called global financial crisis. It argues we are now entering a sustainability driven transformation of the global economy that will sweep many companies out of existence. The article was published in the February 2009 edition of WME Business Environment magazine.

Kind regards


Paul Gilding
Phone:  +61 (0)412 229 545

March 8, 2009 – NYT

The Inflection Is Near?

Sometimes the satirical newspaper The Onion is so right on, I can't resist quoting from it. Consider this faux article from June 2005 about America's addiction to Chinese exports:
FENGHUA, China — Chen Hsien, an employee of Fenghua Ningbo Plastic Works Ltd., a plastics factory that manufactures lightweight household items for Western markets, expressed his disbelief Monday over the "sheer amount of [garbage] Americans will buy. Often, when we're assigned a new order for, say, 'salad shooters,' I will say to myself, 'There's no way that anyone will ever buy these.' ... One month later, we will receive an order for the same product, but three times the quantity. How can anyone have a need for such useless [garbage]? I hear that Americans can buy anything they want, and I believe it, judging from the things I've made for them," Chen said. "And I also hear that, when they no longer want an item, they simply throw it away. So wasteful and contemptible."

Let's today step out of the normal boundaries of analysis of our economic crisis and ask a radical question: What if the crisis of 2008 represents something much more fundamental than a deep recession? What if it's telling us that the whole growth model we created over the last 50 years is simply unsustainable economically and ecologically and that 2008 was when we hit the wall — when Mother Nature and the market both said: "No more."
We have created a system for growth that depended on our building more and more stores to sell more and more stuff made in more and more factories in China, powered by more and more coal that would cause more and more climate change but earn China more and more dollars to buy more and more U.S. T-bills so America would have more and more money to build more and more stores and sell more and more stuff that would employ more and more Chinese ...

We can't do this anymore.

"We created a way of raising standards of living that we can't possibly pass on to our children," said Joe Romm, a physicist and climate expert who writes the indispensable We have been getting rich by depleting all our natural stocks — water, hydrocarbons, forests, rivers, fish and arable land — and not by generating renewable flows.

"You can get this burst of wealth that we have created from this rapacious behavior," added Romm. "But it has to collapse, unless adults stand up and say, 'This is a Ponzi scheme. We have not generated real wealth, and we are destroying a livable climate ...' Real wealth is something you can pass on in a way that others can enjoy."
Over a billion people today suffer from water scarcity; deforestation in the tropics destroys an area the size of Greece every year — more than 25 million acres; more than half of the world's fisheries are over-fished or fished at their limit.

"Just as a few lonely economists warned us we were living beyond our financial means and overdrawing our financial assets, scientists are warning us that we're living beyond our ecological means and overdrawing our natural assets," argues Glenn Prickett, senior vice president at Conservation International. But, he cautioned, as environmentalists have pointed out: "Mother Nature doesn't do bailouts."

One of those who has been warning me of this for a long time is Paul Gilding, the Australian environmental business expert. He has a name for this moment — when both Mother Nature and Father Greed have hit the wall at once — "The Great Disruption."

"We are taking a system operating past its capacity and driving it faster and harder," he wrote me. "No matter how wonderful the system is, the laws of physics and biology still apply." We must have growth, but we must grow in a different way. For starters, economies need to transition to the concept of net-zero, whereby buildings, cars, factories and homes are designed not only to generate as much energy as they use but to be infinitely recyclable in as many parts as possible. Let's grow by creating flows rather than plundering more stocks.

Gilding says he's actually an optimist. So am I. People are already using this economic slowdown to retool and reorient economies. GermanyBritainChina and the U.S. have all used stimulus bills to make huge new investments in clean power. South Korea's new national paradigm for development is called: "Low carbon, green growth." Who knew? People are realizing we need more than incremental changes — and we're seeing the first stirrings of growth in smarter, more efficient, more responsible ways.

In the meantime, says Gilding, take notes: "When we look back, 2008 will be a momentous year in human history. Our children and grandchildren will ask us, 'What was it like? What were you doing when it started to fall apart? What did you think? What did you do?' " Often in the middle of something momentous, we can't see its significance. But for me there is no doubt: 2008 will be the marker — the year when 'The Great Disruption' began.

our current growth model

Dear friends

Aided by the column written by Tom Friedman in the New York Times earlier this week, I have been flooded with opinions and commentary from around the world about our current growth model and whether it can continue. Is it time for a fundamental rethink or are we just having a minor correction?

With the support of Alan Kohler's Business Spectator website, I have now initiated a public debate on these topics

I would love you to join this debate by going to my Business Spectator blog below and making a contribution. This is a crucial question in our current economic crisis because if we don't understand the problem, we certainly won't find the right solution.

Kind regards



Le réseau est l’outil de travail en adéquation avec les principes de l’université intégrale

Le réseau est l'outil de travail en adéquation avec les principes de l'université intégrale  se développe à l'échelle mondiale par des sites nationaux, des sites par région/état, des sites par villes, tous interconnectés les uns aux autres et accessibles avec un simple ordinateur et une webcam . La connaissance peut ainsi être diffusée et partager par tous les membres, Il permet de démultiplier les échanges à travers le monde, d'organiser des conférences et réunion de manière plus intensivité, de donner à tous la possibilité de se retrouver en visioconférence et de discuter 24/24h  où qu'il soit,  grâce au serveur de l vidéochat

De plus, il respecte aussi la notion de don de partage par son accessibilité gratuite (à l'exception de l'utilisation du vidéochat à usage professionnel) et également à la notion d'éthique de protection de l'environnement par la limitation des déplacements de chaque membre.

L'université y trouve ainsi l'outil de communication planétaire à l'image de son éthique et où chaque membre d'un site réseau est membre sur l'intégralité du portail.

Nous vous invitons à venir visiter les deux weblogs de l'Université Intégrale créés sur un des réseaux : :

Comme nous en avons discuté avec M. SALOFF-COSTE, nous souhaitons apporter notre pierre à l'édifice à mettant la disposition de l'université intégrale son propre réseau qui sera partie intégrante de l'ensemble du portail Networkvisio.

Michel Lecomte

Lire : Embarquement planétaire dans le bateau ivre de la crise systémique

Objet : TR: Lire : Embarquement planétaire dans le bateau ivre de la crise systémique

Chers amis,
Un excellent article sur la crise systémique que nous vivons : clair , net et précis !
Cela reprend intégralement les débats que nous avons eu la semaine dernière lors de la dernière Université Intégrale du 10 mars sur le thème de la crise systémique
A ce sujet, les vidéos seront bientôt en ligne et vous conseille de vous connecter semaine prochaine sur notre blog de l'UI :
J'en profite également pr vous conseiller de visionner cette interview faite par michel  saloff de JB de foucauld sur la crise systémique ; il partage ses réflexions qu'il nourrit sur le sujet des modes de gouvernance et de sens à donner à nos stés en mal vivre et d'organisation optimum
Vraiment très belle réflexion à écouter et lire.
Bénédicte Fumey

Embarquement planétaire dans le bateau ivre de la crise systémique

DéCRYPTAGE - - 11/03/2009 
Le système financier mondial est en cours d'implosion. À force d'avoir spéculé sur la dette plutôt qu'avoir misé sur l'économie réelle, le capitalisme de casino s'apprête à léguer à la société un gouffre d'irresponsabilité, tant sociale qu'environnementale.
© Torian
La démesure de la dette financière s'affiche, telle une béance, dans les courbes ascendantes de déficits qui vibrent en rouge dans le début d'une longue nuit. En 2008, le montant des prêts hypothécaires américains se chiffrait à 11 000 milliards de dollars, dont 60% étaient « titrisés » sous forme d'obligations vendues au public. Le taux d'endettement de la France devrait s'approcher de 80 % du PIB à la fin de l'année 2010, rapporte mardi 3 mars, Le Figaro1 en citant une source gouvernementale. Ce taux, actuellement de 66 % du PIB, augmenterait de sept points par an jusqu'en 2010, assure cette même source. La dette dépasserait alors les 22.000 euros par Français, constate le quotidien. Plus tôt dans la journée, le premier ministre François Fillon avait estimé sur Europe12 qu'aucun plan de relance ne permettra d'éviter la crise […]Personne aujourd'hui ne peut savoir quand on sortira de cette crise. Ce qu'on sait, c'est que toute l'année 2009 sera une année de crise, avait-il affirmé, pressentant le caractère hors d'échelle du phénomène et formulant un aveu d'impuissance sidérée.

A l'échelle des Temps Modernes, l'apothéose du capitalisme aura finalement été de courte durée : ascension des Trente Glorieuses à partir des années cinquante, libéralisme sans entraves dans les années 80, achèvement de la dérégulation financière jusqu'à nos jours. Mais dans ce bref laps de temps, 
le système lègue une ardoise gigantesque, une panne du système, un credit crunch, tant économique qu'écologique. Le découplage du capitalisme financier par rapport à sa base de survie n'a cessé de s'accentuer. Et les remèdes proposés par les plans de relance ici et là tournent tous bon an mal an autour de mêmes recettes éculées, autant de manières de soigner le mal par le mal : renflouer les caisses des banques pour relancer la consommation et revenir à l'état antérieur, un retour à la « normale » du cycle de la croissance consumériste   et productiviste. Comme si le socle du vivant et le tissu social pouvaient indéfiniment continuer à soutenir la perpétuation de la consommation et de l'endettement, sans autre forme de projet existentiel et politique. Pourtant, et la présente « crise » le démontre, la survie du capitalisme lui-même suppose que toutes les instances de la société et de la nature ne soient pas gangrenées par la dette.

Un système global hors d'usage

Or n'est-ce pas la pulsion de l'avidité sans limites d'un système vorace, où la richesse des uns est fondée sur l'endettement des autres, qu'il faut questionner au nom d'un nouveau modèle de société fondé sur d'autres valeurs ? C'est sans doute le moment ou jamais
. Selon les experts du LEAP/Europe, un groupe européen de réflexion prospective, la crise économique pourrait évoluer vers des situations de chaos social, faites de violentes révoltes populaires. Dans son dernier bulletin, daté du 15 février, le LEAP annonce le début de la phase 5 de la crise systémique globale : la phase de dislocation géopolitique mondiale, après quatre grandes phases de déclenchement, d'accélération, d'impact et de décantation. Selon le LEAP, les dirigeants du monde entier n'ont pas tiré les conséquences de l'effondrement en cours du système qui organise la planète depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Hélas, à ce stade, il n'est plus vraiment permis d'être optimiste en la matière. Aux Etats-Unis comme en Europe, en Chine ou au Japon, les dirigeants persistent à faire comme si le système global en question était seulement victime d'une panne passagère et qu'il suffisait d'y ajouter quantité de carburants (liquidités) et autres ingrédients (baisse de taux, achats d'actifs toxiques, plans de relance des industries en quasi-faillite,…) pour faire repartir la machine. Or, et c'est bien le sens du terme de « crise systémique globale », le système global est désormais hors d'usage. Il faut en reconstruire un nouveau au lieu de s'acharner à sauver ce qui ne peut plus l'être.

Renforcer les filets de sécurité

Il importe que les dirigeants qui nous gouvernent encore prennent au sérieux la menace de dislocation des Etats et des équilibres géopolitiques, en protégeant ce qui constitue la base de la cohésion sociale : les écosystèmes qui assurent la vie sur Terre, les services publics, en particulier la sécurité sociale et les soins de santé, le soutien à l'agriculture, bientôt confrontée à la hausse du prix des semences. Des systèmes alternatifs de financements, tels que le micro-crédit, mériteraient d'être développés, ainsi qu'un système bancaire coopératif, soustrait à la spéculation, au service de l'intérêt général. La mise en place massive et rapide de tels filets de sécurité minimiserait le ressentiment de l'opinion publique et des ménages, actuellement sommés de payer la facture du désastre et qui, demain, pourraient rejoindre des meutes violentes et instituer des régimes autoritaires. Plutôt que réinjecter sans condition des milliards d'euros dans un système vicié, il s'agit de financer des biens et des services qui fassent sens par rapport à la production d'un système échelonné sur les besoins vitaux : respirer, se nourrir sans s'empoisonner, produire des aliments sans saccager, circuler sans polluer, se loger et se chauffer à un prix raisonnable dans des logements à basse consommation, accéder à la culture et à l'éducation, se former, ménager les ressources naturelles, produire une électricité sans conséquences périlleuses pour les générations futures...

C'est au moment où la crise explose que la commission Stiglitz sur les nouveaux indicateurs s'apprête à livrer son rapport au président de la République. 
Il s'agit d'intégrer au PIB les coûts d'ordinaires non comptabilisés des dégradations écologiques liées, par exemple, à l'étalement urbain, et de donner une valeur à des activités non marchandes telles que le bénévolat. Il s'agit de quantifier, à travers l'indicateur d'empreinte écologique, la surface en hectares nécessaire à fournir les ressources consommées, et à fixer des seuils de soutenabilité liés à l'évaluation de la biocapacité des écosystèmes : en d'autres termes, quantifier la dette écologique. Il s'agit aussi de systématiser les bilans des émissions de CO2 et de les rendre visibles, afin, éventuellement, de prélever enfin des taxes sur les pollueurs. Le bien être, la qualité de la vie sont aussi à prendre en considération pour forger le nouveau système de valeurs, qui devrait être au cœur de l'agenda du G20 début avril, si toutes ces recherches ne sont pas vaines.

Une nouvelle ère de responsabilité

Les atermoiements des Européens autour du bouclage du marché des quotas de CO
2 contrastent avec la détermination exprimée par Barack Obama le 26 février devant le Congrès. Dans le cadre de son projet de budget, le président des Etats-Unis a en effet confirmé son intention de mettre en place dès 2012 un marché des émissions de CO2 de manière encadrée : d'emblée, l'accès à ce marché sera payant pour les entreprises, alors que l'Union européenne a prolongé la phase de gratuité des quotas aux industriels pour les trois prochaines années, se privant ainsi d'une manne financière dont elle aurait bien besoin pour faire face à la banqueroute générale. Aux Etats-Unis, les recettes du marché carbone s'élèveront à 80 milliards de dollars chaque année, dont 65 seront affectés aux familles en difficulté et aux entreprises pour aider à la transition vers une économie fondée sur l'énergie propre. En Europe en revanche, l'affectation de ces recettes dépendra de la bonne volonté des Etats. 

Pour le moment, la sur allocation initiale de quotas aux industries lourdes, conjuguée avec la récession actuelle, a fait chuter le prix du carbone. A 10 euros la tonne, le système européen de quotas est totalement dépourvu d'intégrité environnementale. A ce prix, mieux vaut continuer à polluer et à ne pas investir dans des installations propres dans les pays du Sud. Ironie du dispositif, les industriels se servent de leurs quotas pour renflouer leurs caisses : les pollueurs se retrouvent payés par les Etats eux-mêmes, qui leur ont consenti cette manne gratuitement. Autre aberration : c'est grâce à leurs éoliennes que les entreprises d'électricité allemandes ont pu vendre des crédits carbone supplémentaires aux pays de l'Est. En regard des financements qu'il faudrait mobiliser dans la lutte contre les changements climatiques et leurs conséquences, estimées à 175 milliards d'euros par an autour de 2020, ces mesures paraissent dérisoires. Mais les Européens, en quête de nouvelles sources de revenus, pourraient à l'avenir accorder une attention plus vive aux propositions novatrices de contributions carbone telles que celles formulées par la Suisse, la Norvège et le Mexique. En attendant, la disproportion entre les moyens et les fins demeure frappante. Sans doute parce que la réalité de la crise systémique n'est pas encore perçue comme devant inciter à un renversement des valeurs. 


© Tous droits réservés Actu-Environnement